Rechercher
  • Samuel Pilot

La peur de l’introspection

Mis à jour : 1 août 2019


Intentions de cet article :

  • Témoigner de ce qu’il est normal de ressentir de la peur lorsqu’on envisage un changement significatif dans sa vie.

  • Proposer des moyens d’atténuer celles de ces peurs qui sont liées à l’introspection.


Un ami m’a dit qu’en entamant la lecture des documents proposés dans mon programme "Aligner vie et envies !", il a ressenti de la peur.


Aujourd’hui en France, il est rare que notre environnement nous invite à prendre le temps de creuser des questions aussi personnelles, profondes et fondamentales que :

  • Quelles sont mes valeurs ?

  • Qu’est-ce que j’apprécie profondément ? Qu’est-ce qui m’anime ?

  • Qu’ai-je envie de faire de ma vie ?

La perspective de creuser ces questions peut faire peur. On peut avoir peur de découvrir un appel au fond de nous à quelque chose qui nécessiterait d’apporter des changements, voire des bouleversements, à la façon dont nous vivons notre vie. A court terme, il est plus confortable de ne pas se poser ces questions, ou de les remettre à plus tard.


Pourtant, la perspective d’une vie plus alignée est alléchante. Comment passer outre cette peur ?



I Exploration n’est pas engagement


D’abord, vous pouvez vous dire que cette démarche d’introspection ne vous engage pas. Vous n’avez aucune obligation de mettre en place des actions suite à cette introspection. Vous ne faites qu’explorer des possibles.


II Le changement n’est pas obligatoire


Ensuite, vous pouvez prendre conscience de ce que, suite à cette démarche, vous ferez peut-être le choix de poursuivre votre vie de la façon dont vous la menez actuellement. L’identification de vos valeurs et leur mise en regard de votre environnement vous amèneront peut-être à conclure que votre vie et vos actions actuelles sont aussi alignées que possible avec vos valeurs et aspirations du moment. Cette démarche d’introspection vous aura permis de passer d’une situation plus ou moins subie, ou choisie avec un enthousiasme limité ou sans examen approfondi, à une situation pleinement choisie, assumée et alignée avec vos aspirations.


III Vous pouvez prendre le temps


Enfin, rien ne vous force à prendre une décision radicale rapidement. Au contraire. Une bonne façon de reconnaître que votre décision est suffisamment mature est que vous vous sentez serein.e en la prenant.


A contrario, si vous n’êtes pas (encore) serein.e, de deux choses l’une :

  • Soit une telle décision vous fait peur pour une raison précise, identifiée et pour laquelle, malgré vos recherches, vous n’identifiez aucune solution, vous pouvez écouter cette peur protectrice et décider en toute connaissance de cause de poursuivre sur votre route actuelle.

  • Soit une telle décision vous fait peur par manque d’examen de certains de ses aspects (financier, opportunités…), et vous pouvez prendre le temps d’analyser ces aspects. Si cet examen apaise vos craintes, il sera alors temps de vous lancer !


Propositions :

  • Cette lecture a-t-elle apaisé une partie de vos peurs ? Lesquelles ?

  • Mettez par écrit les peurs qui vous restent, qu’elles soient liées à l’introspection ou au changement envisagé. (Les formuler vous permet de les clarifier, de les objectiver, et peut en dissiper une partie.)



68 vues